Travaux d'infrastructure Rive gauche

Les travaux d’infrastructure Rive gauche font partie d’un masterplan plus important destiné à améliorer la mobilité dans la région d’Anvers. Dans ce masterplan, l’amélioration de la mobilité est associée à une vision spatiale plus large. Le maître d'ouvrage pour les travaux d’infrastructure Rive gauche est la Société de mobilité d’Anvers (Beheersmaatschappij Antwerpen Mobiel - BAM), et l’étude est réalisée par Sweco Belgium en collaboration avec Witteveen+Bos et Zwarts & Jansma architecten. L’étude a démarré en 2015. L’exécution des travaux est planifiée jusqu’en 2021.

Faits

Client :  BAM

Lieu : Rive gauche Anvers

Période : 2015 - 2021

Services :  avant-projet, projet définitif, demande de permis, cahier des charges et suivi de l’exécution

Partenaires : Witteveen+Bos et Zwarts & Jansma architecten

Mission
Le projet comprend le réaménagement de l’infrastructure autoroutière actuelle sur la Rive gauche et tient compte de l’aménagement potentiel à terme d’un nouveau tunnel sous l’Escaut. Le marché repose sur un projet de base qui avait déjà été réalisé par une ancienne équipe d’étude et de construction jusqu’au niveau du permis de bâtir. Ce projet de base a été optimisé en profondeur. Le projet comprend entre autres les parties suivantes : un complexe d’accès routier au Waaslandhaven, l’échangeur Nord (comprenant la sortie Antwerpen – Sint-Anna), un complexe P&R pour 1.500 voitures à la Blancefloerlaan, l’échangeur Sud (complexe actuel Anvers Ouest) et le complexe d’accès routier Zwijndrecht. L’étude couvre le projet technique et spatial, la demande de permis et la rédaction du cahier des charges.

Bureau de projet
Pour le projet, un « bureau de projet » a été créé à Anvers, où toute l'équipe d’étude collabore sur une seule plateforme afin de réaliser un travail suffisamment intégré et efficace. Toute la phase d’étude, y compris la demande de permis, a été clôturée en un an et demi.

Mobilité
Sur la Rive gauche et à Zwijndrecht, des liaisons routières plus sûres sont établies avec la E17, la E34 et le Ring, des bretelles d’accès et de sortie et des tronçons du réseau routier sous-jacent. Cela réduira les embouteillages et le trafic sur des itinéraires bis en dehors de la ville et dans les communes avoisinantes.

Le projet met tout particulièrement en avant le caractère multimodal de notre comportement en matière de déplacements. Des infrastructures sont par exemple prévues pour un vaste parking P+R. De même, les possibilités pour les piétons et cyclistes de traverser l’autoroute sont non seulement optimisées par l’aménagement de plusieurs passages, mais ces derniers sont aussi intégrés dans le paysage de manière à accroître le confort et l’expérience.

Projet d’aménagement
Pour répondre aux nouvelles demandes, le projet de base a été considérablement amélioré par l'équipe de projet d’aménagement. Parmi ces améliorations figurent l’optimisation des travées, l’amélioration de la visibilité et le renforcement de la lisibilité.

Le projet d’exécution se distingue par un dialogue harmonieux entre l’architecture et le paysage. Cette vision porte le nom de « paysage urbain réticulé » afin de relier le plus possible les différents programmes (mobilité, écologie, loisirs...) et de créer une plus-value. L’architecture crée une image paisible et lisible pour les usagers et s’intègre dans l’environnement de la manière la plus subtile qui soit. La couleur de fond de l’infrastructure routière est donnée par des gabions gris foncé, légèrement nuancés par les ouvrages d’art. Les ponts sont conçus tels des ouvrages d’art contextuels qui s’accrochent étroitement à l’environnement et bénéficient de contours rétrécis. Dans les deux grands carrefours, les deux longs autoponts sont imaginés comme de minces objets architecturaux indépendants.

Paysage & écologie
Sur le pont au-dessus de l’autoroute, un corridor écologique et une piste cyclable forment un croisement dénivelé. Le projet prévoit quelques passages sous pont locaux pour des liaisons écologiques, des pistes cyclables ou des routes locales. Ces constructions se glissent en toute légèreté dans les berges et les parois en gabions gris foncé.

L’infrastructure et les ouvrages d’art sont étroitement imbriqués dans le paysage. Des talus sont aménagés en liaison avec le paysage adjacent. Des rangées d’arbres bordent la voie parallèle et les pistes cyclables. La zone qui a été dégagée grâce au projet plus compact de l’échangeur Sud devient une zone boisée récréative, où les deux liaisons actuelles sur les voies sont transformées en passerelles vertes.

Défis techniques et défis liés aux processus
L’élaboration du projet d'infrastructure a fait surgir certains défis. Et ce, en raison de l’ampleur et de la complexité du projet, mais aussi suite aux demandes d’amélioration par rapport aux plans antérieurs. Nos collaborateurs en Technique civile ont recherché une conception la plus étroite possible pour les ouvrages d’art, comme le pont pour cyclistes et l’auvent pour le tram. Toutes les questions liées aux processus ont également requis une attention particulière. Bon nombre de choses ont bien entendu dû être réalisées en un temps très court, tout en veillant à l’interaction avec les parties prenantes et à l’approbation du maître d'ouvrage.

inf

inf

inf

inf