0 of 0 for ""

Primeur : installation de traitement des eaux usées élimine les micropolluants

Le bien-être des écosystèmes et des personnes dépend directement de la qualité de notre eau de surface. Pour l’eau potable, la récréation et la biodiversité, des cours d’eau propres sont indispensables. Compte tenu des préoccupations croissantes concernant les micropolluants – pensez aux résidus de médicaments, pesticides et autres substances nocives – améliorer nos systèmes de traitement de l’eau est crucial.

Sur l’installation de traitement des eaux usées (RWZI) d’Aquafin à Aartselaar, la première installation tertiaire à grande échelle en Flandre a été mise en place. Celle-ci élimine les micropolluants de l’effluent (eau usée épurée) d’une installation classique de traitement biologique de l’eau. Les micropolluants sont en effet difficiles à décomposer et peuvent s’accumuler. Actuellement, les filtres à disque sont mis en fonction, le démarrage complet de l’installation est prévu plus tard.

Sweco a été responsable de l’étude de faisabilité, de l’avant-projet, de la demande de permis, de la rédaction des documents de cahier des charges et de l’accompagnement à l’exécution, et a géré les disciplines de conception de processus, électromécanique, génie civil, électricité, automatisation et infrastructure.

Projet pilote innovant en Flandre

Via le projet Interreg « Schone Waterlopen door O3G » , l’Ozonisation (O3) en combinaison avec le Charbon Actif Granulaire (GAK) est utilisée sur les RWZI. Cette technique de post-traitement innovante, efficace et rentable vise à améliorer la qualité de l’eau de surface en Flandre et aux Pays-Bas. Avec l’ozone, une partie des micropolluants est décomposée et le charbon actif adsorbe les micropolluants restants. De cette manière, l’eau est rendue aussi pure que possible.

La RWZI à Aartselaar sert de projet pilote pour la Flandre. L’installation ou le post-traitement consiste ici en des filtres à disque pour éliminer les matières en suspension restantes, un réacteur d’ozonisation pour oxyder et décomposer les micropolluants, et ensuite un traitement final avec des filtres à charbon actif. Le 8 février 2024, « Schone Waterlopen door O3G », en présence de Sweco, a présenté le projet à Aartselaar à tous les partenaires impliqués. Le programme comprenait une visite de la post-épuration où les filtres à disque étaient déjà opérationnels.

Eau propre pour une Europe plus verte

Les approches européennes et flamandes de la qualité des eaux de surface ont également été discutées, ainsi que la révision de la Directive européenne sur les eaux usées urbaines (UWWTD). Cette directive impose des normes plus strictes pour l’élimination de l’azote et du phosphore, introduit de nouvelles normes d’émission pour les micropolluants et souligne une approche basée sur le risque. Ces mesures sont destinées à réduire l’impact environnemental et à promouvoir une gestion durable de l’eau, ce qui est bénéfique pour la santé publique.

Selon les directives-cadres européennes renouvelées pour l’eau, qui seront bientôt mises aux voix, les grandes installations de traitement des eaux (WTZ, traitant l’équivalent en eaux usées de plus de 150 000 personnes) devront être équipées d’un traitement des micropolluants d’ici 2045. En Flandre, cinq autres WTZ sont concernées. Cela signifie concrètement qu’une installation supplémentaire doit être réalisée d’ici 2033, deux autres d’ici 2039, et les deux dernières d’ici 2045. Pour les plus petites RWZI, une analyse des risques sera effectuée pour évaluer la nécessité d’un traitement postérieur supplémentaire.